Rénovation : Innovation du neuf côté murs et fenêtres

2. Parlons murs Au salon du patrimoine demain-ma-maison a fait des rencontres. Georges Montgobert était là pour présenter son école de l’humidité des bâtiments. Nous avions fait appel à son expertise dans une interview parue en 2009 sur ces pages. Un article toujours d’actualité : Un expert de l’humidité à la parole. L’humidité est une [...]

humidit%C3%A9 murs Rénovation : Innovation du neuf côté murs et fenêtres2. Parlons murs

Au salon du patrimoine demain-ma-maison a fait des rencontres. Georges Montgobert était là pour présenter son école de l’humidité des bâtiments. Nous avions fait appel à son expertise dans une interview parue en 2009 sur ces pages. Un article toujours d’actualité : Un expert de l’humidité à la parole.

L’humidité est une composante inhérente au bâti ancien. Elle est inévitable car elle tient du mode constructif. Le matériau de construction étant en contact avec la terre, il appelle l’eau sous forme gazeuse qui ressort par les murs.

Retrouver des murs secs c’est possible mais pas à n’importe quelles conditions.

Il y a des techniques spécifiques selon les cas. Ces techniques se sont enrichies de découvertes techniques et d’innovation. Pour se mettre à la page il faut se former. Et c’est pour cela que Georges Montgobert transmet son savoir aux architectes, aux maitres d’œuvre, aux futurs experts de l’humidité dans son école.

« Il y a même des maçons et des entreprises spécialisées dans la rénovation qui viennent ». Il n’y a pas d’âge pour s’assoir sur les bancs de l’école ! Et pas de profession spécifique non plus.

 

fenetre ancienne isolante Rénovation : Innovation du neuf côté murs et fenêtres3. Parlons fenêtres

La lumière c’est capital pour tout habitat sain. C’est un fait reconnu mais mal connu. C’est bon pour les humains et c’est bon pour le bâti.

Remplacer des fenêtres anciennes par des fenêtres modernes et étanches c’est risqué car les fenêtres anciennes assurent la ventilation des lieux. (Se reporter à l’article un expert de l’humidité à la parole déjà mentionné).

Dans le bâti ancien non équipé de VMC ce sont les fenêtres, gentiment disjointes, qui assurent le renouvellement de l’air vicié. Comme avec une VMC simple flux qualité de l’air intérieur se paie au prix de la fuite de calories. (lire l’article le bon air de la maison: respirez, ne respirez plus)

  • Esthétiquement parlant, remplacer des fenêtres anciennes, à petits carreaux notamment, par des grandes fenêtres en PVC c’est pêcher !
  • Faire sauter les huisseries, mettre les crémones et autres poignées à l’espagnolette à la benne c’est trop triste !

 

Au Salon du Patrimoine j’ai  rencontré Michel Trompert originaire de Delft, une ville qui depuis Vermeer ne se cache pas de travailler sur la lumière. Son entreprise Van Rusdael a développé une technologie très intéressante pour faire des fenêtres existantes des fenêtres performantes. Tout est dans le vitrage, son cœur de métier. Il développe donc des vitrages techniques. En fait, je dirais qu’il fait des feuilletés de verre. Selon la garniture du mille-feuilles vous obtenez des performances différentes : garder la chaleur à l’intérieur, isoler du bruit, renforcer la sécurité.

Et le verre ancien dans tout ça ?

Les défauts dans les verres anciens qui ont tout le charme du verre soufflé et qui ont commencé à disparaitre à partir des années 20 sont aussi récréés si vous les souhaitez pour vos fenêtres.

Ces vitres sont posées par votre menuisier habituel comme n’importe quel vitrage. J’ai posé la question du prix et il s’avère que c’est économique car c’est moins cher que de tout changer.

 

Pour l’anecdote faire des photos sur ce stand c’est pas drôle.

Tout est transparent et on ne voit que les gens ! Admirez cependant cette fenêtre dont Michel Trompert m’a conté l’histoire :

  • Le propriétaire d’une maison ancienne avait fait changer ses fenêtres pour les remplacer par des fenêtres neuves et isolantes.
  • Quand il les a vues posées, il a été horrifié du résultat qui anéantissait tout le charme des lieux.
  • Il a filé à la benne à ordure récupérer les huisseries qui avaient été un peu découpées au passage et il a tout fait réparer et remonter avec des vitrages techniques…

Vous noterez s’agit d’une fenêtre à guillotine. Un style de menuiserie que l’on ne retrouve pas en France. A cause du symbole peut-être ? Venir avec une fenêtre à guillotine au salon du patrimoine au milieu des blasons des uns et des châteaux des autres c’était osé !

Vous pouvez lire le reste des éléments du dossier innovation rénovation restauration en cliquant ici sur Parlons toit, toiture et couverture

 

  1. 1 Trackback(s)

  2. nov 7, 2011: Rénovation : Patrimoine et Innovation Tuile | Demain ma maison

Commenter cet article