Rénovation énergétique : le début des obligations formelles

Le réchauffement climatique est là et les mesures prennent plus de temps à se mettre en place que la planète à se dégrader. Certes. Mais, on peut noter qu’en France les choses avancent. Timidement, mais elles avancent. Et d’ailleurs la décision du Sénat sur transition énergétique n’a pas fait un bruit.

Petit résumé des longs épisodes précédents

toit à rénover Rénovation énergétique : le début des obligations formelles

Photo Yannick Mahé – Flickr CC

La lutte contre les émissions de Gaz à effet de serre n’est pas une audace politique. C’est un lot d’obligations internationales, des protocoles de Kyoto et d’ailleurs. Les gouvernements successifs apportent chacun leur tour leur pierre à l’édifice. Les obligations légales liées à la construction des bâtiments sont de plus en plus sévères.

La RT 2005, la maison BBC, la RT 2012 et la maison Bepos témoignent toute de ce mouvement vert de la construction. Mais, le neuf ne représente que 1% du bâti. 1% année après année ne va pas changer le cours de l’émission de GES !!!

Le bâtiment étant responsable de 40% de la consommation énergétique, il est illusoire de croire que les objectifs de réduction seront atteints grâce à ce 1% de bâti « propre ». Impossible aussi de raser tout le bâti existant ou de crier sur tous les toits que les maisons payées sur 25 ans ne valent plus un clou et qu’il faut rempiler sur 10 ans d’emprunt pour les mettre aux normes.

L’État s’est jusqu’à présent contenté d’encourager la rénovation des bâtiments par des aides fiscales et financières. Année après année l’éco PTZ, Le CIDD récemment rebaptisé CITE ont placé des rustines sur les résidences principales.

Toutes les couleurs politiques se sont engagées en faveur d’une rénovation de grande ampleur. Les quotas ne sont pas atteints, le nombre de logements rénovés est dramatiquement inférieur aux ambitions affichées. Pire, la dépense publique générée par les aides de l’État est pointée par plusieurs rapports embarrassants.

Il est donc raisonnable de penser que la transition énergétique sur la base du volontariat a fait long feu. Et, le Sénat a ouvert une brèche…. ou comment les obligations formelles commencent à s’écrire. L’air de rien.

 

Comment le Sénat va plus loin que le projet de loi sur la transition énergétique voté par l’Assemblée : du neuf dans la réno

 

 

 

Commenter cet article