Les chambres de bonne bientôt transformées en logements sociaux à Paris ?

Un million de m2 disponibles sous les toits des très chics arrondissements parisiens. De quoi attirer la convoitise de la Mairie qui cherchent désespérément de quoi fournir les 10.000 logements sociaux auxquels elle s’est engagée. Une étude qui ouvrent des perspectives inédites aux investisseurs privés qui devront se méfier des qualités et défauts de ces biens « inconfortables ».

cle d or Les chambres de bonne bientôt transformées en logements sociaux à Paris ?

La Mairie de Paris projette de transformer certaines chambres de bonne en logements sociaux.

Une étude réalisée par l’Atelier parisien d’urbanisme (APUR) à partir de données fiscales a identifié 114 400 chambres de bonne dans la capitale (dont seulement 15 % seraient habitées.)

Les chambre des services sont concentrées à 87 % dans huit arrondissements de l’Ouest parisien : Ve, VIe, VIIe,VIIIe IXe, XVe, XVIe et XVIIe. (Dont 1/3 dans le seul XVI°).
L’APUR précise que 81 % de ces chambres seraient situées dans des constructions en pierre de taille, des immeubles bourgeois construits entre 1830 et 1914. A l’époque les étages supérieurs – qui ont souvent été le fruit d’une surélévation – servaient à loger les domestiques.

L’APUR déclare plupart seraient « inconfortables ». Un mot sage pour désigner qu’il sont indécents aux yeux de la loi. (Lire l’article qu’est ce qu’un logement décent ?) D’importants travaux devraient être réalisés pour les rendre habitables.
La moitié serait d’une surface inférieure à 9 mètres carrés. En clair ces chambres sont inférieures au seuil d’habitabilité.(lire l’article seuil habitabilité). C’est pourquoi la mairie de Paris ambitionne donc d’en regrouper certaines en se portant acquéreur. Le système Multiloc’, qui prévoit des aides aux propriétaires privés mettant leur bien vacant sur le marché pendant 3 ans minimum pourrait aussi être utilisé.

L’étude d’ingénierie sur la réhabilitation de ces chambres de bonne parisiennes réalisée par la Société de requalification des quartiers anciens et l’APUR est attendue pour le premier semestre 2016.L’idée étant d’équilibrer l’offre de logements sociaux à Paris essentiellement concentrés à l’Est.

Nul doute que cet effet d’annonce sur la manne du million de m2 disponible à Paris en chambres de bonns va mette sur le marché des biens légalement habitable mais pas seulement…

 

Le conseil de la blogueuse :

Ces m2 sont inutilisés certes.

C’est dommage. Certes.

Mais avant de vous ruer sur l’idée de la propriété à Paris lisez attentivement le dossier complet sur les normes de l’habitabilité. Sans respect des normes, les logements sont non seulement « inconfortables » mais impropres à la location.

 

Commenter cet article