Brique : la recette de la terre cuite

La brique rouge tout le monde connaît. C’est un matériau familier. La brique est un matériau de construction utilisé depuis l’antiquité. Mais de quoi est-il fait ? Et comment sera-t-il demain ?

La recette de la terre cuite est restée inchangée pendant des siècles

  • 60 à 65% argile
  • 20 à 25 % sable ou de Terre Cuite recyclée
  • 18-20 % eau

La terre cuite passe longuement au four. Elle est portée à 900°C et à cette température des changements de structure profonds interviennent. Schématiquement, la brique une fois cuite n’a plus la structure d’une terre mais d’une roche.

Toute l’eau disparait au séchage puis à la cuisson. La terre cuite devient 100% d’argile et de sable. Matériaux naturels et biodisponible.

Pour information, la terre cuite est recyclable à l’infini.

On a utilisé la terre cuite pour tout ce qui doit être conservé sainement et longtemps.

Pour les liquides notamment : avec les amphores…que l’on retrouve encore dans nombre de vestiges. La terre cuite étant complètement inerte à la cuisson elle ne transmet aucun composants aux contenus. Elle a – avant le verre – rempli cette fonction de conservation car elle est étanche aux liquides , solide et respirante Même si comme le verre elle peux se briser. La brique n’est pas un matériau maléable comme le plastique !

On a utilisé la terre cuite pour les matériaux  soumis aux contraintes comme les tuiles ou les pots de fleurs, les carrelages et les faïences, les œuvres d’art que l’on voulait éternelles.

soldat chine vestige Brique : la recette de la terre cuite

On a utilisé la terre cuite pour la construction : on a longtemps fait des briques pleines. Des lingots de terre cuite ! Solides, durables efficaces. Le Colisée de Rome et toute la Rome antique en général est faite de briques façonnées en terre cuite.

brique anciennes gros plan Brique : la recette de la terre cuite

Les siècles ont passé sans que l’on innove tellement sur la terre cuite. Pourtant…. ce matériau si familier a connu plusieurs évolutions

À l’ère de la construction moderne. La brique a changé de forme.

> On sait que le meilleur isolant c’est l’air inerte. Et en plus, pour les maçons c’est bien moins lourd à soulever !

C’est ainsi que l’on a inséré des alvéoles dans les briques. Dans le métier, ils appellent ça des briques de 20 car elles font 20cm de large.
BriqueC ep15 Brique : la recette de la terre cuite

La terre cuite est un matériau naturellement isolant (4 fois plus que le béton par exemple) et donc on pouvait faire encore mieux que la brique de 20 en travaillant intelligemment les alvéoles.

Et c’est ainsi que l’on en est venu à inventer la brique monomur au XX° siècle

brique monomur Brique : la recette de la terre cuite

Le trajet de l’air est des calories est tellement ralenti par les alvéoles que l’on a plus besoin d’adjoindre de l’isolant. Le matériau de structure et le matériau d’isolation ne font qu’un. L’inertie de la terre en plus.

Le problème de la terre cuite ce n’est pas sa composition : environnementale avant l’ère du tout vert !

  • L’argile est disponible.
  • Le sable est disponible.
  • L’eau dans ces quantités-là aussi.

La terre cuite doit surveiller son poids pour ceux qui la construisent.

Et la terre cuite doit travailler sur le mode de cuisson. Peu de gens savent que les fabricants innovent considérablement sur ces points-là.

  • Pour alléger la terre cuite en lui conservant sa solidité
  • Pour améliorer son temps de cuisson

Mais, cette innovation va faire un peu bouger les repères acquis depuis des décennies. La brique sera moins rouge.

La robe écarlate de la brique est le résultat d’une suroxydation à la cuisson. Un processus chimique d’échange d’atomes d’oxygène qui devrait tendre à disparaître avec les progrès techniques sur les cuissons vertes.

Alors, un jour les briques du XXI° siècle ressembleront aux toits d’antan et aux murs anciens avec des camaïeux des tons ocres. Certains fabricants ont déjà entrepris leur révolution ocre !

Commenter cet article