Qui va restaurer les toits des Églises ?

La Fondation du patrimoine perd la moitié de son budget et passe cette année de 10 à 4.3 millions d’euros.

Chapelle des Penitents in Provence France 000023279502 Small Qui va restaurer les toits des Églises ?

Rénovation ou restauration ?

On parle donc de restauration quand il s’agit d’église ou de monuments, mais on s’en tient à la rénovation quand il s’agit de maisons individuelles.

La langue française utilise deux mots différents en matière de travaux selon qu’il s’agit de bâtiments « nobles » ou de maisons individuelles.

 

L’envergure de travaux peut varier, mais les problématiques restent les mêmes : agir vite.

 

Si l’on ne rénove ou ne restaure pas rapidement le montant final des travaux est bien supérieur. Économiser sur les travaux de rénovation ou de restauration est trompeur. Si l’on ne mène pas les travaux à temps : la restauration finit par coûter le double.

La rénovation du toit a certes un coût. Mais changer les tuiles protègera murs, parquets et planchers d’une dégradation certaine. Les édifices aux toits sains restent debout.

Old municipal wash house of the small village of Préveyzieu 000049018406 Small Qui va restaurer les toits des Églises ?

Qu’est-ce que la Fondation du patrimoine ?

C’est une structure pour le moins originale reconnue d’utilité publique pour restaurer le patrimoine de proximité. La représentativité du patrimoine rural est déterminante : pigeonniers, lavoirs… Les monuments ne sont pas nécessairement classés ni inscrits au patrimoine des monuments historiques. La fondation travaille avec quelques salariés et des myriades de bénévoles.

 

Et la particularité de la Fondation c’est son financement singulier aujourd’hui menacé.

Certes, le mécénat et les cotisations des adhérents font partie des ressources. Mais l’essentiel du budget provient des successions en déshérence.

Mais, la crise aidant, de nombreux héritages sans héritiers ne sont plus qu’un monceau de dettes. La chute des prix de l’immobilier en Province minore encore la valeur des « héritages » non réclamés. Pour finir, le big data permet de retrouver des ayants droit perdus au bout du monde. Si certains ont le bonheur d’hériter de leur oncle d’Amérique, le financement des restaurations, lui, fond comme neige au soleil. La subvention de la Fondation du Patrimoine est passée de 10 à 4,4 millions d’euros.

 

 

 

Commenter cet article